Alerte Honduras

Twitter Facebook

Le défi est de taille pour le parti Libre, comme pour les mouvements sociaux honduriens

Peut-être avez-vous croisé au cours des derniers mois le nom de Berta Cáceres au détour d'un communiqué ou d'une action urgente lancée par une ONG internationale. La leader du Conseil Civique d'Organisations Populaires et Indigènes du Honduras (COPINH) est en situation périlleuse, actuellement poursuivie par la justice hondurienne dans deux cas directement en lien avec une lutte qu'elle mène contre un projet de centrale hydroélectrique exploitant le fleuve Gualcarque.

Berta définit le COPINH comme une « organisation anti-capitaliste,engagée dans la défense des ressources naturelles, des peuples autochtones du Honduras et de leur spiritualité ». En 20 ans d'existence, il peut se targuer d'avoir contribué à transformer l'espace social hondurien, en représentant les intérêts d'un groupe de la population historiquement discriminé. Parmi les grandes victoires du COPINH, on compte la ratification de la Convention 169 de l'OIT par le gouvernement hondurien en 1995, ou encore le retrait du mégaprojet hydroélectrique « El Tigre » situé à la frontière entre le Honduras et le Salvador voisin.

 

Résister, coûte que coûte

Pourtant,la bataille menée actuellement contre l'implantation de la centrale hydroélectrique «Agua Zarca » dans la communauté de Río Blanco menace la pérennité de cette organisation qui se revendique volontiers « de base ». Le territoire concerné, peuplé par une population d'origine Lenca, bénéficie en théorie de la protection de la Convention 169 de l'OIT, qui garantit le droit à une consultation préalable de la population avant la mise en oeuvre de tout projet d'exploitation des ressources naturelles. Les habitants de la communauté, entrés en résistance en date du 1er avril 2013 avec l'occupation de la route d'accès aux infrastructures du mégaprojet, refusent inconditionnellement de céder à la pression exercée conjointement par les entrepreneurs en charge du projet, le gouvernement et l'armée honduriens. Ni les expulsions forcées des habitants en résistance, ni l'assassinat d'un membre de la communauté par un militaire surveillant le site de l'entreprise,ni les menaces et le harcèlement à l'encontre des membres de la communauté de Río Blanco et des dirigeants du COPINH ne sont parvenus à faire reculer leur détermination.

Berta Cáceres est en première ligne de la lutte menée à Río Blanco, et en souffre aujourd'hui les conséquences. Elle est accusée de détention illégale d'arme, ainsi que d’usurpation de terre, de coercition et d’avoir causé plus de 3 millions de dollars de dégâts à l'entreprise en charge de la construction du barrage -aux côtés de deux autres dirigeants du COPINH, Aureliano Molina et Tomás Gomez -. Les audiences de conciliation se succèdent, mais la détermination de Berta, elle, ne plie pas face à la pression judiciaire qui pèse sur elle : « Que vais-je concilier avec l'État hondurien alors que je n'ai commis aucun délit ? ».

Pour une refondation de la société hondurienne...

Lorsqu'on l'interroge sur les perspectives de changement social et d'amélioration de la situation des droits des populations autochtones au Honduras, à l'aube de l'élection de nouveaux dirigeants, celle-ci répond sans ambages qu' « un changement de gouvernement n'est pas synonyme de changement fondamental. Même si le parti Libre est élu, nous ne croyons pas à des changements majeurs ». Pessimisme, désillusion ou réalisme? « Bien sûr, cela représenterait un changement important qu'une femme soit élue présidente. Mais même sa proposition de modification de la Constitution ne garantit pas que cela soit effectué dans la bonne direction ».

Berta, en tant que représentante du COPINH, appartient à ce segment de la résistance hondurienne qui s'est dédié corps et âme à la dénonciation du coup d'État en 2009, mais qui pour autant n'a jamais été favorable à la formation d'un parti politique directement issu du Front National de Résistance Populaire (FNRP). La création officielle du parti Libre en 2011 a créé une brèche dans un mouvement pourtant uni à toute épreuve pour essuyer la répression dans les rues honduriennes. Le COPINH, lui, s'est rangé du côté des « Refundacional » : ils militent pour la refondation d'un État hondurien plus juste et pacifié, adoptant une position critique vis-à-vis du processus électoral.

...et la fin d'une « dictature transnationale »

Elle concède toutefois que la victoire de Juan Orlando Hernández ou de Mauricio Villeda – candidats présidentiels des partis conservateurs traditionnels – constituerait un pas supplémentaire vers une « dictature transnationale » en émergence depuis le coup d'État, dans une société militarisée où se multiplieraient les violations des droits de l'Homme, et qui troquerait sa souveraineté aux transnationales contre des dollars très convoités.

« Ces élections représentent un défi de taille pour le parti Libre, comme pour les mouvements sociaux de la résistance hondurienne. Si le parti Libre gagne, nous l'accompagnerons dans certaines luttes sociales, mais toujours en conservant notre autonomie. Il est important que nous maintenions l'articulation et la force des mouvements sociaux ». Les lendemains restent donc incertains, pour Berta, convoquée pour une prochain audience le 29 novembre prochain, tout comme pour les 5,3 millions de Honduriens convoqués aux urnes ce dimanche 24 novembre.

Share
Vous êtes ici : Accueil Le Collectif Mission d'observation 2013 Le défi est de taille pour le parti Libre, comme pour les mouvements sociaux honduriens